LA PREHENSION DU CRAYON

Quelle est la bonne tenue de crayon?

Au cabinet, comme en classe, j’ai l’habitude de voir des préhensions diverses et variées. Mais il faut savoir qu’elles ne sont pas toutes efficaces !

En règle générale, si en CP, l’écriture n’en pâtit pas, les problèmes surviennent dès le CE1 où l’écriture n’est plus qu’un « moyen » et plus du tout une fin en soi. En effet, on considère que l’écriture doit être automatisée en fin de CP car elle servira à écrire les exercices, copier une leçon, faire des évaluations … où l’objectif principal n’est plus du tout l’écriture.

Qu’est-ce qu’une tenue efficace alors ?

Une tenue efficace est une tenue qui ne fait pas mal, et qui permet une précision dans la formation des lettres mais aussi un bon déplacement du bras scripteur. Mes patients sont souvent étonnés lorsque je leur explique qu’il n’est pas normal d’avoir mal au poignet ou aux doigts par exemple lorsque l’on écrit !!!

Le crayon doit reposer sur la partie molle de la main entre le pouce et l’index. Il est tenu entre la pulpe du pouce et le côté de la phalange distale du majeur à une distance d’environ 1.5 cm de la mine du crayon. L’index vient se poser sur le crayon et permet de le guider. Le côté de la main doit être stable sur le bureau.

Faut-il l’enseigner ?

Evidemment ! Même si on sait que le développement naturel de la prise du crayon est cohérent avec ce que l’on vient de voir ; il me paraît important d’être au clair avec les enfants dès le plus jeune âge sur leur façon de tenir le crayon. Il est de notre responsabilité, en tant que parent ou enseignant de bien expliquer comment prendre son crayon de manière efficace. Et de mettre à leur disposition du matériel adéquat. En effet, permettre aux tout petits d’utiliser des craies triangulaires ou des galets comme premiers instruments est intéressant pour ne pas induire une prise palmaire sur le long terme (ce qui pourrait être le cas si on leur proposait des crayons de gros diamètre). Après la phase où l’enfant tient le crayon à pleine main, l’enfant commencera à utiliser ses doigts et à prendre le crayon « en pinceau » puis petit à petit, sa prise deviendra trigitale dynamique et sera de plus en plus efficace.

Mais pourquoi certains enfants n’arrivent-ils pas à tenir leur crayon correctement ?

La prise du crayon dépend d’un développement sensori-moteur global harmonieux.

La prise de crayon que l’enfant utilise est le reflet de son développement moteur global.

Si l’enfant utilise une prise quadridigitale par exemple, c’est peut-être parce qu’il compense une stabilité qu’il n’a pas dans sa posture globale.

S’il est en déséquilibre au niveau du bras scripteur, il recherchera alors à maintenir son stylo avec davantage de doigts ! Cette préhension est souvent douloureuse car l’enfant perd en amplitude du mouvement et compense ainsi en forçant sur son poignet.

Un enfant qui n’a pas encore intégré le réflexe palmaire de « grasping » ou réflexe d’agrippement peut aussi présenter des difficultés pour tenir un stylo sans appuyer fortement sur celui-ci. Ce réflexe primitif est normalement intégré par le cortex pendant la première année de l’enfant. Sinon, il devient persistant et parasite l’enfant plus tard dans son développement, ne lui permettant pas de mettre en place des comportements adéquats de motricité fine. C’est pourquoi réintégrer ce réflexe hypo ou hyperactif chez l’enfant va lui permettre de lever certains obstacles aux apprentissages.

Pour des enfants présentant un retard moteur, ou une déficience intellectuelle, il conviendra de les aider à vouloir s’intéresser à ces outils et les stimuler pour plus d’efficacité, et toujours dans le plaisir!

“Les enfants qui ont du plaisir à apprendre réussissent”. Philippe Meirieu

RESERVATION EN LIGNE