Quand enseigner la préhension du crayon?

par | Nov 13, 2018 | Global | 0 commentaires

Quand l’enseigner, à quel âge ?

separator-01

Dès que l’enfant est curieux et manifeste l’envie d’utiliser le crayon ! Après la phase d’exploration, où l’enfant va découvrir l’instrument sous tous les angles (également ses caractéristiques sensoriels), il passera à la phase d’expérimentation et de répétition ; c’est là que l’adulte doit être vigilant et doit le guider sans le contraindre pour ne pas qu’il perde l’envie mais plutôt qu’il passe petit à petit à une phase de perfectionnement et d’amélioration par des essais/erreurs.

Si un enfant n’aime pas dessiner, c’est certainement qu’il n’est pas encore prêt pour cette activité.

Les parents me disent souvent “Ce n’est pas son truc le dessin” ou “il n’a jamais aimé découper”, “L’écriture est une véritable corvée pour mon enfant”. Je leur réponds qu’on ne va que très rarement vers les choses que l’on sait ne pas maîtriser!

Audrey Bietolini

Graphothérapeute, Planète écriture

Quels sont donc les pré-requis pour bien tenir le crayon ?

Tout d’abord, l’enfant doit être capable de dissocier les deux côtés de son corps pour définir sa préférence manuelle. Une main se spécialisera dans la précision, et l’autre dans la stabilisation de la posture. Les deux mains ne feront pas la même action ; la coordination entre les deux doit être efficace.

L’enfant doit aussi être capable de se détacher de la vision et de ressentir l’objet dans sa main pour le contrôler, et faire des ajustements via des petits messages qui vont des doigts au cerveau et du cerveau aux doigts.

La motricité fine doit être suffisamment développée pour que l’enfant puisse dissocier les doigts, contrôler son tonus. La main est composée de 25 petits muscles. Une faiblesse peut avoir un impact significatif sur la tenue du stylo.

Quelles sont les conséquences d’une mauvaise tenue de crayon ?

L’enfant étant focalisé sur l’effort que lui demande une prise de crayon non ergonomique (au niveau de sa concentration, de son tonus musculaire), il n’est pas disponible pour l’orthographe, ou tout simplement le fond de ce qu’il veut exprimer à l’écrit.

Cela peut engendrer une grande fatigabilité.

Mais également une écriture très peu précise, illisible et donc une dévalorisation de soi ; le résultat ne correspond pas ce que l’enfant souhaite donner comme image de lui-même.

RESERVATION EN LIGNE